• Le manque de toilettes pose un danger pour tout le monde, affirme l’UNICEF

    NEW YORK, 19 novembre 2014 –  La lenteur des progrès dans l’assainissement et la pratique courante de la défécation à l’air libre par des millions de personnes du monde entier continuent de poser un danger pour les enfants et leurs communautés, a averti l’UNICEF à l’occasion de la Journée mondiale des toilettes. 

    Dans le monde, environ 2,5 milliards de personnes ne sont pas équipées de toilettes adéquates et, parmi celles-ci, 1 milliard pratiquent la défécation à l’air libre - dans les champs, dans les buissons, dans les étendues d’eau – faisant courir à la population, particulièrement aux enfants, le risque de maladies fécales-orales potentiellement mortelles comme la diarrhée. 

    En 2013, plus de 340 000 enfants de moins de cinq ans sont morts de maladies diarrhéiques en raison de l’absence d’accès à de l’eau salubre, à l’assainissement et à une hygiène de base, soit une moyenne de presque 1 000 décès par jour. 

    « Le manque d’assainissement est un indicateur fiable de la façon dont vit la population la plus pauvre d’un pays, constate Sanjay Wijesekera, Responsable des programmes mondiaux d’eau, d’assainissement et d’hygiène à l’UNICEF. Mais bien que ce soient les pauvres qui, dans la très grande majorité, ne disposent pas de toilettes, chacun souffre de l’effet de la contamination provoqué par la défécation à l’air libre et par conséquent, chacun devrait comprendre qu’il est urgent de résoudre ce problème. »  

    L’appel pour mettre fin à la pratique de la défécation à l’air libre prend une urgence nouvelle car les liens avec le retard de croissance chez l’enfant deviennent de plus en plus évidents. L’Inde, où 597 millions de personnes (soit la moitié de la population) pratiquent la défécation à l’air libre, affiche également des niveaux élevés de retard de croissance. La semaine dernière, l’UNICEF a organisé une conférence à New Delhi appelée « Stop Stunting » (« Stop au retard de croissance ») afin d’attirer l’attention sur les effets de la défécation à l’air libre sur l’ensemble de la population, particulièrement sur les enfants. La campagne de l’UNICEF en Inde « Take Poo to the Loo » (Faire caca aux toilettes) s’efforce également de mieux sensibiliser la population aux dangers associés à la défécation à l’air libre. 

    « Le problème avec la défécation à l’air libre, c’est que la pratique relève à la fois de l’équité et de la dignité et très souvent aussi de la sécurité, notamment celle des femmes et des filles », fait valoir Sanjay Wijesekera. « Elles doivent attendre la nuit pour faire leurs besoins, ce qui leur pose le risque d’une agression et pire comme nous l’avons vu récemment. » 

    En mai, la pendaison de deux adolescentes en Uttar Pradesh qui étaient sorties la nuit pour déféquer avait provoqué stupeur et consternation dans le monde et mis au premier plan les questions de sécurité posées par la défécation à l’air libre.  

    L’Approche communautaire pour un assainissement total de l’UNICEF tente de faire face au problème au niveau local en faisant participer les communautés à la recherche de solutions et a conduit depuis 2008 quelque 26 millions des personnes de plus de 50 pays à abandonner la pratique de la défécation à l’air libre.

    Sur le milliard de personnes pratiquant la défécation à l’air libre, 82 % vivent dans dix pays seulement : l’Inde, l’Indonésie, le Pakistan, le Nigéria, l’Éthiopie, le Soudan, le Niger, le Népal, la Chine et le Mozambique. Le nombre de personnes pratiquant la défécation à l’air libre augmente toujours en progression dans 26 pays d’Afrique subsaharienne bien qu’il ait décliné en Asie, en Amérique latine et aux Caraïbes. Au Nigéria, le nombre de personnes pratiquant la défécation à l’air libre a augmenté, passant de 23 millions en 1990 à 39 millions en 2012. 

    Au niveau mondial, 1,9 milliard de personnes ont pu accéder, depuis 1990, à un meilleur assainissement. Cependant, les progrès n’ont pas répondu à la croissance démographique et, au rythme actuel des progrès, l’Objectif du Millénaire pour le développement portant sur l’assainissement ne sera probablement pas atteint d’ici 2015. 

    Le Groupe de travail ouvert intergouvernemental chargé des Objectifs de développement durable pour l’après-2015 a recommandé que les nouveaux objectifs incluent une cible d’accès suffisant et équitable à l’assainissement et à l’hygiène pour tous et d’élimination de la défécation à l’air libre d’ici à 2030.


    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 23 Avril 2016 à 08:40
    Thinking it is light, ignorance is darkness, ignorance it was heresy for human and most contemptible are those who mistreat subordinates.
    2
    Jeudi 14 Juillet 2016 à 12:55

    This political issue is very interesting and complicated! So, I agree with the author, we must be more willful! I am waiting for the new post!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :