• Angélique Kidjo s’engage en faveur des enfants déscolarisés du Bénin

    Engagée de longue date en faveur des droits des enfants en tant qu’Ambassadrice de bonne volonté de l’UNICEF, Angélique Kidjo, en visite au Bénin, a appelé tous les acteurs politiques et la société civile à garantir aux enfants hors de l’école la possibilité d’intégrer une scolarité normale par l’établissement d’écoles dites « de la seconde chance », dont le curriculum permet l’apprentissage accéléré des connaissances de base pour  lire, écrire et compter.
     
    « Je suis heureuse d’être dans mon pays le Bénin et enthousiaste à l’idée de faire campagne pour que les enfants aillent à l’école », a dit Angélique Kidjo en visite au centre du Programme de Cours Accélérés (PCA) de Zakpota, ville située au centre du Bénin.
     
    Guidée par la Représentante de l’UNICEF au Bénin, Dr Anne Vincent, et l’Ambassadeur des Etats-Unis au Bénin, M. Michael Raynor, la star de la chanson a pu rencontrer les enfants et les animateurs du PCA, ainsi que le maire de Zakpota.

    « Il existe de nombreux obstacles à la scolarisation des enfants, notamment la pauvreté et les mariages forcés. Nous devons faire passer ce message aux enfants et aux parents : l’éducation est un droit non négociable », a plaidé Angélique Kidjo.

    Une  étude de l’UNICEF estime qu’au Bénin, 700.000 adolescents âgés de 10 à 17 ans sont hors de l’école. Les écoles de la seconde chance donnent ainsi l’opportunité aux enfants non scolarisés ou déscolarisés d’acquérir en trois ans -au lieu de six- des connaissances de bases en lecture, écriture et calcul et d’obtenir le Certificat d’Etude Primaire (CEP).

    « L’objectif est de corriger les inégalités et d’établir plus d’équité au profit des enfants vulnérables et des enfants les plus défavorisés. Nous devons avoir constamment à l’esprit que l'éducation constitue un bouclier contre les menaces auxquelles les enfants font face: la violence, l’exploitation et les abus de tout type », a affirmé la Représentante de l’UNICEF au Bénin, Dr Anne Vincent. « L'éducation permet de gagner décemment sa vie et d'investir dans le bien-être de ses enfants et de sa famille », a-t-elle ajouté assise aux côtés de l’Ambassadrice de bonne volonté dans la salle de classe.

    L’Ambassadeur des Etats-Unis au Bénin, M. Michael Raynor, a pour sa part souligné l’importance de ce programme financé par l’USAID. « Le PCA permet aux enfants marginalisés d’avoir une seconde chance. Quand on change la vie d’une personne, on change la vie d’une famille. En investissant dans l’éducation, nous investissons dans la démocratie », a-t-il dit.

    Après avoir assisté à un cours de mathématique, Angélique Kidjo a pris le temps d’écouter les trajectoires de ces enfants et leurs espoirs.<br><br>
    Ulrich, 12 ans, est apprenti mécanicien et s’avère être un élève assidu et dynamique. Grâce à la flexibilité des horaires mises en place dans les PCA, il peut conjuguer nécessité économique et droit à l’éducation.

    « Il n’y a pas de mots pour dire comme je suis content d’être ici. J’apprends beaucoup et l’enseignant est gentil », affirme-t-il. « Mais après avoir réussi mon diplôme de CEP à la fin de l’année, je souhaite aller plus loin et devenir Ministre de l’Intérieur », ajoute-il avec aplomb.

    « Que feras-tu ? », lui demande Angélique Kidjo. « Je m’occuperai du Bénin comme je m’occupe de ma maison », lance-t-il provoquant les rires bienveillants de la classe.
    Chantal, 14 ans, souhaite pour sa part devenir coiffeuse et ouvrir son propre salon. La jeune fille a abandonné l’école pour subvenir aux besoins de ses six frères et sœurs. Heureuse de pouvoir suivre de nouveau une scolarité,   la jeune fille est devenue une véritable avocate du PCA : « Quand je rentre chez moi, à la maison, ou quand je suis avec mes amis, je parle du centre pour que tous ceux qui veulent y aller s’y rendent ».

    Touchée par ces témoignages, l’artiste a pris la parole pour encourager les enfants à rester à l’école et à devenir les agents du changement dans leurs propres communautés. «Tenons notre promesse : chaque enfant a le droit à l’éducation ! », a répété Angélique Kidjo avant de se prêter aux longues séances de photos avec les enfants.  

    A ce jour, il existe 38 centres implantés dans 18 communes du Bénin pour un effectif total de 2.400 adolescents dont plus de 80% de filles. En 2015, neuf nouvelles communes s’ajouteront au programme, ce qui portera le nombre de centres à 56.


  • Commentaires

    3
    Jeudi 14 Juillet 2016 à 12:49

    I must say that this women is awesome!  I admire her voice and talent!  I think that her voice is really charming! Thanks for post!

    4
    Mercredi 19 Avril à 19:29

    Nice voice and post!

    5
    seo
    Mercredi 19 Avril à 19:37

    Intresting, thanks!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :